Accueil
Remonter
Ma Ville
A travers l'Histoire
Village d'Aubure
Etat Civil
Paroissiaux
Actes d'Aubure
Genealogies
Morts pour la France
Adresses utiles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA CHAPELLE DE ST-BLAISE

Une première chapelle de Saint-Blaise sans doute réaménagée à la fin du 16ème est mentionnée  en 1464 comme filiale de l'église Saint-Guillaume (Saint-Pierre-sur-l'Hâte). Cette chapelle qui a aussi porté le nom de St-Guillaume desservait notamment l’importante communauté du ban de Saint-Blaise qui s'étendant depuis l'Isenbach (ruisseau de St-Blaise) jusqu'à celui de St-Philippe. Vers le milieu du XVIème elle est attribuée aux luthériens qui en sont toujours propriétaires.  

AUBURE

L'éGLISE PROTESTANTE (1828)

Cette église originale était une ancienne ferme vosgienne. Elle est d'ailleurs encore accolée à une maison d'habitation de 1731. Les Wurtemberg avaient introduit la Réforme dès 1536.

La première église d'Aubure date de 1556, elle a été construite par le prédicateur calviniste  Morel de Colonges de Ste-Marie-aux-Mines. Elle était située près de la maison Bethel. Cette église a été fermée par décision du Roi Soleil en 1686, mais le protestantisme persista. Ce n'est qu'en 1827 que la paroisse protestante retrouvait une existence légale. Au XVIème siècle les habitants parlaient l'allemand. Mais le village accueillait de plus en plus de "Welches", des gens d'expression française. Le bailli de Riquewihr a écrit à la régence de Montbéliard pour lui dire qu’il serait judicieux d'envoyer comme prédicateur un bilingue. La régence avait alors accédé à cette demande.  

L'église ST-JACQUES (1813) (catholique).

A la fermeture de l’église protestante en 1686, il n’y a pas d’église catholique. C'est d'abord le curé de Fréland qui vient pour les baptêmes, mariages et sépultures. Il commence donc à inscrire ces actes dans des registres, aussi bien pour les catholiques que pour les protestants. Cela fait  d'Aubure une paroisse complètement atypique.

En fait, la première église catholique d'Aubure a été construite en 1720. Le chœur et la sacristie sud de l'actuelle église sont de cette époque. La nef, la sacristie nord et une partie du clocher ont été ajoutés en 1813.

Le clocher a été complété en 1859. La paroisse catholique d'Aubure dépendait du doyenné de Sainte-Marie-aux-Mines de 1802 jusqu’en 1986. Depuis elle est rattachée au doyenné de Lapoutroie. L’église abrite un autel baroque qui provient de l'ancienne abbaye de Pairis près d'Orbey.

Curés et vicaire d'Aubure avant la Révolution :

De 1687 à 1693, les registres sont tenus par le curé de Fréland, Jean DRAON.

1694 - 1736    Nicolas BARBIER originaire d'Epinal. Mort fin 1736, il fut enterré dans le chœur de l'église.

1737 - 1760    Antoine PERROTTEY

1760 - 1789    François Joseph BüTTERLIN       originaire de Wettolsheim.

1789-1791      François Antoine STENDER originaire de Ruelisheim.

Un seul vicaire vint à Aubure, Ignace HAENNER de 1767 à 1788, originaire de Bernwiller

St Jacques : dans la liste des douzes apôtres, Jacques apparaît en neuvième position. Après la crucifixion de jésus, il a été le chef de l'église de Jérusalem. Il est le patron des foulons.

 

Précédente Remonter