Accueil
Ma Ville
A travers l'Histoire
Histoire religieuse
Village d'Aubure
Etat Civil
Paroissiaux
Actes d'Aubure
Genealogies
Morts pour la France
Adresses utiles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre passé est un HÉRITAGE, il est unique et toujours présent, il se transmet de génération en génération, nous nous devons de laisser notre histoire à notre descendance.

Je vous recommande aussi très vivement de visiter le remarquable site de la Société d’Histoire du Val de Lièpvre  (cliquez sur le lien : http://www.shvl.fr/)  

Historique succinct de ma ville

Le Val de Sainte-Marie-aux-Mines doit son origine à deux monastères qui ont été, comme en de nombreuses régions montagneuses, les agents de peuplement et de colonisation.

Le premier de ces monastères est mentionné dans une donation de

Le premier de ces monastères est mentionné dans une donation de Ancien monastère de Lièpvre774. Par celle-ci, Charlemagne fit don à l'abbé Fulrade de Saint-Denis, de vastes territoires dans la haute vallée de la Lièpvrette. Ces derniers, composés surtout de forêts et de pâturages furent partagés en six « villare» sur chacun desquels fut élevée une chapelle. Fulrade décida d'installer un certain nombre de ses moines sur ses terres alsaciennes. Avec eux s'établirent les serfs sans doute originaires de Saint-Dié et des régions environnantes. Ces moines et leurs paysans constituent le premier embryon de population de Fulradovillare, c'est-à-dire de Lièpvre.

774. Par celle-ci, Charlemagne fit don à l'abbé Fulrade de Saint-Denis, de vastes territoires dans la haute vallée de la Lièpvrette. Ces derniers, composés surtout de forêts et de pâturages furent partagés en six « villare» sur chacun desquels fut élevée une chapelle. Fulrade décida d'installer un certain nombre de ses moines sur ses terres alsaciennes. Avec eux s'établirent les serfs sans doute originaires de Saint-Dié et des régions environnantes. Ces moines et leurs paysans constituent le premier embryon de population de Fulradovillare, c'est-à-dire de Lièpvre.

 

Un second monastère, le couvent d'Echery, joue également un rôle capital dans le peuplement de la vallée. D'après Richer, Blidulphe, archidiacre de Metz et moine de Moyenmoutiers, cherchant un lieu de retraite, le trouve à l'emplacement de l'actuel Saint-Pierre-sur-l'Hâte, sur les terres du comte d'Alsace Luitfeld . Ses fils accordent vers l'an 885 à Achéric, toutes les possessions et tous les serfs de la vallée. Ces possessions s'étendent de Saint-Pierre-sur-l'Hâte à Saint Blaise nommé Saint-Guillaume, à l'époque. Ainsi se constituent les petites communautés religieuses d'Echery et du vieil Echery. Entre ces deux hameaux s'étend la « Mark » inculte, à l'emplacement actuel de Markirch ou Sainte-Marie.

 

Remonter Suite 1 Suite 2 Suite 3